L'impact des changements climatiques et de la variabilité climatique sur les populations humaines durant la dernière Glaciation


Ariane Burke

Département d'Anthropologie, Université de Montréal

Co-postulants: Julien Riel-Salvatore et Patrick James


La dispersion des humains modernes en Eurasie et l'extinction des Néandertals durant la dernière période glaciaire coïncident avec une période d'instabilité climatique prononcée. Avant cela, les humains anatomiquement modernes et les Néandertals ont produit des signatures archéologiques très similaires et ont probablement mené des vies très similaires. Cependant, il y a 45 000 ans, les populations humaines modernes avaient adopté une culture paléolithique supérieure caractérisée par l'échange d'éléments symboliques de la culture matérielle dans des réseaux sociaux spatialement étendus et se dispersaient à travers l'Eurasie. Plusieurs questions intéressantes découlent de ces observations, dont la plus importante concerne le rôle joué par le changement climatique dans le développement de la culture des humains modernes, la dispersion des populations humaines modernes et l'extinction des Néandertals (d'Errico et Sánchez Goñi 2003; et al., 2004, Müller et al., 2011, van Andel, 2003). Notre recherche abordera ces questions en utilisant les données archéologiques et des simulations climatiques à haute résolution couvrant la dernière période glaciaire en Europe. La période spécifique d'intérêt commence il y a 60 000 ans avec le stade isotope marin 3 (MIS 3) et se termine à la fin du dernier maximum glaciaire (LGM), il y a 19 000 ans. Les conditions climatiques affectent directement et indirectement la distribution spatiale et la mobilité des populations préhistoriques; à leur tour, les modèles de mobilité sont intrinsèquement liés aux modèles d'organisation sociale et de production de la culture matérielle (Delagnes et Meignen 2006, Delagnes et Rendu 2011, Kuhn 1995). Ainsi, le changement climatique est un facteur potentiellement important à considérer lors de l'étude des dynamiques culturelles des peuples préhistoriques.

À quelques exceptions près (Banks et al., 2013), les archéologues ont utilisé des simulations climatiques à résolution temporelle et spatiale relativement faible (> 100 km2) pour étudier l'impact du changement climatique sur les populations préhistoriques (Davies et Gollop, 2003; Andel 2003). Toutefois, les changements climatiques et la variabilité climatique doivent encore faire l'objet d'études approfondies à des échelles spatiales et temporelles plus fines. L'amplitude du changement climatique et le degré de variabilité requis pour affecter les réseaux sociaux et stimuler la dispersion ne sont pas encore établis, et par conséquent nous ne comprenons pas non plus comment les humains et les Néandertals ont pu différer dans leur réponse au changement environnemental à différentes échelles. Notre programme de recherche vise à corriger cette situation en utilisant des simulations climatiques à haute résolution (14 km2) que nous avons développées pour créer des modèles spatiaux détaillés et dynamiques de la distribution géographique des populations humaines modernes et néandertaliennes en Europe occidentale durant la dernière période glacière. Ces modèles nous permettront de suivre les réponses des populations humaines modernes et néandertaliennes aux changements environnementaux à une période critique de leur évolution biologique et culturelle (MIS3 au LGM). Nous utiliserons également ces modèles pour évaluer la relative importance de deux voies de dispersion hypothétiques pour les humains modernes entrant en Europe occidentale: 1) Le cours moyen du Danube et le couloir de la vallée du Rhône;  2) la route méditerranéenne, qui relie l'Italie côtière (Ligurie) à la France et à la péninsule ibérique. Enfin, le pouvoir prédictif des modèles spatiaux que nous produisons sera exploité pour concevoir des prospections archéologiques le long des voies de dispersion proposées. Les résultats de ce programme de recherche contribueront à combler d'importantes lacunes dans notre compréhension du devenir des Néandertals et de l'histoire de la colonisation humaine en Europe, et contribueront à mieux comprendre l'éventail des réactions des sociétés humaines face au changement climatique avec des implications pour l'avenir.